Le Kilimandjaro

Par défaut

 

Inventé par le designer Hilton McConnico, Le Kilimandjaro est un gâteau léger et gourmand associant la noix de coco, le chocolat et les raisins secs. Le clin d’œil étant de donner à ce gâteau la forme de la célèbre « Montagne blanche », il est toutefois possible de le cuire dans un moule normal.

 

 

 

Photo 410

 

Pour le gâteau :

10 g de beurre + 10 g de farine ( pour le moule).

Ingrédients secs :

  • 300 g de farine
  • 200 g de cassonade
  • 1,5 sachet de levure chimique 
  • 175 g de noix de coco
  • 125 g de raisins secs (gonflés dans le cognac – facultatif) 
  • 125 g de pépites de chocolat.

Ingrédients liquides :

  • 2 c. à s. de vanille liquide
  • 9 c. à s. d’huile de tournesol.

Pour le sirop et le glaçage :

  • 300 g de lait de coco
  • 13 cl de cognac (ou d’eau)
  • 250 g de sucre glace
  • 200 g de sucre semoule
  • 3 c. à s. de lait de coco
  • 100 g de coco râpé
  1. Pour le gâteau, chauffez le four sur th. 6 (180°C). Mélangez séparément ingrédients secs et liquides puis mélangez le tout. Versez dans un moule à kougelhopf beurré et fariné. Cuisez 40 min. Laissez refroidir le gâteau.
  2. Mélangez le sucre semoule et 10 cl de cognac (ou d’eau) sur feu doux. Ajoutez le lait de coco, arrosez-en le gâteau jusqu’à ce qu’il ait absorbé le sirop.
  3.  Mélangez le sucre glace, le reste de cognac (ou d’eau) et le lait de coco en un glaçage coulant.                                  Couvrez-en le gâteau et saupoudrez-le de coco râpé juste avant de le servir.

Photo 408

Photo 409

Source : Recette d’Hilton McConnio – Gala Gourmand novembre-décembre 2011

Anne-Gaelle

Publicités

Le Berawecka (Pain aux fruits)

Par défaut

En hiver, en Alsace, on aime bien manger le Berawecka. C’est un gateau consistant, composé de fruits secs, d’épices, de pâte à pain, ou brioche et généralement fortement arrosé d’alcool de fruits. C’est une vieille recette que tous les Alsaciens connaissent, qui est un héritage du peuple Juif, autrefois fortement implanté en Alsace.

Cette recette est réputée difficile et accessible seulement aux initiés ; en réalité elle est facile à la réalisation, mais demande beaucoup de temps.

Les pains aux fruits se conservent longtemps (dans du papier film ou dans une boite en fer) : certains les aiment humides (quelques jours après la réalisation), d’autres les aiment secs (après quelques semaines).

Je vous propose ici, une version de Berawecka sans alcool et avec une pâte briochée.

DSCI6597

Ingrédients

Le mélange de fruits

  • 200 g de tranches de poires
  •  215 g de pruneaux
  • 215 g de sultanines
  • 153 g de figues
  • 153 g de raisins Denia
  • 37 g d’orangeade
  • 37 g de citronade
  • 125 g d’amandes crues
  • 63 g de noisettes
  • 62 g de noix hachées
  • 100 g de sucre
  • Cannelle en poudre
  • Epices (4 épices, pain-d’épices

Pâte briochée

  • 500 g de farine
  • 50 g de sucre
  • 10 g de sel
  • 1 œuf + 1 jaune d’œuf
  • 20 g de levure fraiche
  • 112 g de beurre
  • 200 g de lait environ

Sirop au café

  • Un expresso
  • 50g de sucre

Préparation

Pâte briochée (à préparer la veille)

Mélanger 100 g de farine, la levure écrasée et un peu de lait tiède pour faire un levain. Laisser reposer a température ambiante pendant 1/2 heure.

Placer le restant de la farine en fontaine, ajouter le sucre, le sel, le beurre en pommade, une partie du lait, et le levain, mélanger. Rajouter un a un les œufs, petit a petit le restant du lait. Malaxer l’ensemble en aérant bien la pâte.

Couvrir avec un linge et laisser reposer 3 heures dans un endroit tiède. La réserver au réfrigérateur.

Le mélange de fruits (à préparer la veille)

Faire cuire les poires séchées dans l’eau pour les ramollir et les gonfler. Couper en lanières (pruneaux, figues) et ajouter des écorces de citrons et d’oranges ainsi que les amandes, noisettes et noix hachées. Ajouter les raisins Denia, les sultanines, le sucre. Assaisonner avec la cannelle et les épices selon préférence.

Mouiller le tout avec le jus de cuisson des poires et laisser macérer une nuit recouvert d’un film plastique.

Le « Berawecka »

Le lendemain, sortir la pâte briochée de frigo et la laisser réchauffer au moins 30 min.

Préparer le sirop au café, en faisant réduire un expresso avec 50g de sucre.

Mélanger les fruits et la pâte et bien travailler l’ensemble. Façonner des pains allonges et disposer des amandes entières blanchies sur le dessus. Cuire à 150 °C pendant 45 minutes.

A la sortie du four, badigeonner les pains du sirop au café.

PicMonkey Collage

Anne-Gaelle

Noël

Par défaut

Noel…. C’est à nouveau d’actualité.

Vous pouvez retrouver ICI l’article sur les origines de cette fete .

Cette année, nous aimerions partager avec vous quelques nouvelles réflexions sur le sujet.

Le petit Jésus...

Le petit Jésus…

Jésus à l’honneur ?

Même  si nous savons que Jésus n’est pas né le 25 décembre, il s’agirait tout de même d’une fête en son honneur.

Combien de temps, combien de place a-t-il réellement en ce mois de décembre dans nos vies ? Plus qu’au mois de novembre ?

Est-ce à Jésus que nous pensons en choisissant cadeaux, menus, tenues de soirées, nappes et décorations ?  Lui donnons-nous réellement une place dans notre quotidien ?

Et si nous lui donnons une place, quelle est cette place ? Une place de roue de secours, cachée dans le coffre que nous sortons en cas de besoin ? Une place de passager arrière, auquel nous ‘débitons’ parfois nos ‘impressions’, soucis, etc,  et que soudain nous ‘oublions’ ne le voyant pas ? Une place de passager avant, auquel nous demandons parfois son avis , la place de ‘l’ami sympathique’ ?

Une fête de famille ?

Il serait intéressant de connaître le pourcentage de personnes pour qui Noel est réellement une fête : soit, un moment de réjouissance, de partage, d’insouciance, de lâcher-prise… Il serait certainement inférieur à la moitié…

Noel ressemble plus à une tradition qu’il faut absolument observer……

Combien de personnes subiront un stress important à cette période, parce que :

– Il faut faire des cadeaux, des beaux, qui ne déçoivent pas, qu’on ait des moyens financiers ou pas…

–  Pour qu’aucun conflit n’éclate, il va falloir faire de grands efforts, subir certain repas de famille…

– Pour éviter tout jugement, la maison qui reçoit, devra être rutilante du sol au plafond, le repas parfait…

– Etre seul dans ces moments est encore plus dur que le reste de l’année…

Combien de personnes seront tristes, durant cette période ??

Où est la liberté, la joie ??

Source dessin : Alain Auderset

Source texte « Jésus à l’honneur » : Béréenne attitude

Le « Cui-Cui Drive »

Par défaut

En hiver, nous savons tous qu’il est bien d’aider nos petits amis volants, à trouver de quoi se rassasier.

Chez nous, le « cui-cui drive » prend ses quartiers dès le mois de Novembre. Bien que ce début d’hiver soit plutôt clément, les moineaux et compagnie, ont -semble-t-il- retrouvé avec joie l’adresse de notre jardin.

PicMonkey Collage

Ce restaurant spécial, a été fabriqué par notre Papa cuisinier-bricoleur !

Halloween…

Par défaut

Comme chaque année, la fin octobre rime avec halloween.

Vous pouvez retrouver l’article que nous avions fait il y a trois ans, ici. Il est toujours d’actualité, mais de nouvelles réflexions s’imposent :

Ce jour là, on peut s’amuser du morbide, des squelettes, des vampires, de la mort, du sang… des « valeurs » qui, tout au long de l’année sont combattues.

Et pour cause :

* Qui s’amuse d’etre confronté à la mort ?

* Qui s’amuse de la violence qui fait couler le sang ?

* Cette « fête », avec ses rites, qui miment la mort, nous prépare-t-elle à affronter la mort réelle ?

Buchty

Par défaut

Qu’est ce que c’est que ça ? Et bien c’est une délicieuse brioche d’origine allemande, où le beurre est remplacé par de la crème. Elle est simple à faire mais a un défaut aux yeux des gourmands : elle a besoin de pas mal de temps de repos !!!

Photo 379

Pour la pâte :

  •  500 g de farine
  • 1cs de levure boulangère
  • 60 g de sucre
  • Peser 2 œufs et compléter à 140 g avec du lait
  • 200 gr de crème entière
  • 1,5 cuillère à café de sel

Pour fourrer la brioche : nutella, confiture ou comme pour moi: ganache au chocolat noir (faite à partir de 50gr de chocolat noir+ 50gr de crème)

  • 50gr de beurre fondu pour la finition

Préparation

Mettre tous les ingrédients (sauf beurre fondu et chocolat) dans le bol du pétrin et pétrir jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse, molle et collante. Huiler les mains pour en faire une boule, couvrir de film alimentaire et laisser reposer 1h dans un endroit tiède à l’abri des courants d’air.

Au bout du temps de repos,  dégazer (= retravailler, pétrir) la pâte sur un plan de travail fariné. Peser des boules de 30gr environ, fourrer chaque boule d’une petite cuillère de ganache au chocolat (bien froide pour faciliter l’opération), bouler et mettre dans un moule couvert de papier sulfurisé.

Badigeonner une première fois de beurre fondu et laisser lever 40min (à 1h).

Badigeonner une seconde fois  de beurre et enfourner à 180°c pendant environ 20-30min . La brioche doit être bien dorée.

Photo 380

Photo 385

Guten appetit !

Anne-Gaelle

Des idées en vrac…-2

Par défaut

Avec les soirées fraiches et « nuiteuses » qui recommencent, faire (ou plutôt décorer) ses guirlandes lumineuses soi-même peut s’avérer une bonne idée.

3 Soeurs et des Idées