Archives de Tag: réflexion

Les parents « méchants »…

Par défaut

J’ai trouvé sur le net un article très intéressant, qui mène à la réflexion sur les enfants et le rôle des parents.  En rapport avec mon métier, je ne peux qu’être interpellée .

Je vous mets un commentaire, très pertinent, qui fait suite à l’article.

  • Lettre ouverte à tous les parents méchants.
  • Un jour, quand mes enfants seront assez vieux, pour comprendre la logique qui motive un parent, je vais leur dire, comme mes parents méchants m’ont dit:
  • Je t’ai aimé assez pour te demander où tu allais, avec qui, et quand tu serais de retour à la maison…
  • Je t’ai aimé assez pour être patiente jusqu’à ce que tu découvres que ta nouvelle meilleure amie ou ton grand copain, n’était pas fréquentable…
  • Je t’ai aimé assez pour me tenir plantée là dans le cadre de porte pendant deux heures tandis que tu nettoyais ta chambre, une affaire de 15 minutes en principe !
  • Je t’ai aimé assez pour te laisser voir la colère, la déception et les larmes dans mes yeux. Les enfants doivent apprendre que leurs parents ne sont pas parfaits.
  • Je t’ai aimé assez pour te laisser assumer la responsabilité de tes actions même lorsque les pénalités étaient si dures qu’elles ont presque brisé mon cœur.

Mais surtout,

  • Je t’ai aimé assez pour dire NON même quand je savais que tu me détesterais pour ça. Telles étaient les batailles les plus difficiles de toutes. Je suis heureuse de les avoir gagnées, parce qu’à la fin, tu y as gagné aussi. Et un jour, quand tes enfants seront assez vieux pour comprendre la logique qui motive des parents «méchants», tu leur diras:
  • Vos parents étaient ils méchants?
  • Les miens l’étaient.
  • J’ai eu les parents les plus méchants du monde entier ! Pendant que d’autres enfants mangeaient des sucreries pour les repas, j’ai dû manger des céréales, des oeufs, et des légumes. Quand d’autres ont eu du Coca et des hamburgers pour le dîner, j’ai dû manger de la viande, du fromage,des crudités et des fruits… Sans oublier toutes ces crêpes et gâteaux que ma maman nous a faits… Et vous pouvez deviner que ma mère m’a fait des dîners qui étaient différents de celui des autres enfants.
  • Mes parents ont insisté pour savoir où j’étais en tout temps. On aurait pu croire que j’étais enfermée dans une prison. Ils devaient savoir qui mes amis étaient et ce que je faisais avec eux… Ils insistaient si je disais que je serais partie pour une heure, pour que ce soit seulement une heure ou moins…
  • J’avais honte de l’admettre, mais mes parents ont enfreint la loi sur la protection des enfants concernant le travail en me faisant travailler. J’ai dû faire la vaisselle, mon lit (quelle horreur!), apprendre à faire la cuisine, passer l’aspirateur, faire mon lavage, vider les poubelles et toutes sortes d’autres travaux cruels…. Je pense qu’ils se réveillaient la nuit pour imaginer de nouvelles tâches à me faire faire…
  • Ils ont toujours insisté pour que je dise la vérité, juste la vérité et rien que la vérité. Au moment où je suis devenue adolescente, ils pouvaient lire dans mon esprit et avaient des yeux tout autour de la tête. Puis, la vie est devenue vraiment dure !
  • Mes parents ne laissaient pas mes amis juste klaxonner quand ils venaient me chercher. Ils devaient venir à la porte pour qu’ils puissent les rencontrer. Pendant que chacun pouvait fréquenter un ou une petit(e) ami(e) quand ils avaient 12 ou 13 ans, j’ai dû attendre d’en avoir 16.
  • À cause de mes parents, j’ai manqué beaucoup de choses que d’autres enfants ont expérimentées. Je n’ai jamais été prise pour vol à l’étalage, vandalisme, alcoolisme, ni même arrêtée pour tout autre crime. C’était «tout de leur faute».
  • Maintenant que j’ai quitté la maison, je suis instruite et une adulte honnête. Je fais de mon mieux pour être un parent méchant comme mes parents l’étaient.

Je pense que c’est ce qui ne va pas avec le monde aujourd’hui. Il n’y a pas assez de parents méchants!

Merci donc à tous les parents qui ont été assez méchants dans notre jeunesse pour nous apprendre à être de méchantes bonnes personnes.

Anne-Gaelle

 

 

Le fardeau du croyant

Image
Source : http://www.auderset.com/

Voici le sens caché de cette planche (tiré de la BD « Marcel tome1 »):

 Si tu as donné ta vie à Jésus (ou plus simple: si tu es né de nouveau grâce à la grâce du sacrifice expiatoire Christique prophétisé Thoraciquement (heu…dans la Thora) par l’agneau immolé pour la rédemption des rachetés internationaux) Bref, si tu as embarqué dans le bateau de la Providence et que tu portes des fardeaux (souci, anxiété, projet de BD, culpabilité, et autres misères) dépose-les sur le bateau!

Confie-les à Dieu et n’y pense plus! -Alain Auderset-

 

 

 

Peut-on changer le monde ?

Par défaut

Aujourd’hui beaucoup de monde est interpellé par l’injustice dans le monde : guerres à n’en plus finir, famines, maladies, tremblements de terre, raz-de-marée. Il nous semble que l’on prend à celui qui n’a rien et que l’on donne à celui qui a.

Certaines personnes montrent ce dégoût du système par les armes, d’autres par la musique.  J’aime ceux qui le font par la musique (car avouons-le ceux qui pensent que les armes sont la solution, ne feront que rajouter du sang à du sang…),  avec une préférence pour ceux qui utilise de la musique festive plutôt que le Rap, les paroles sont pleines de sens et l’on ressent nettement la recherche d’un monde meilleur…

Et là je me dis « Si seulement ils savaient qu’il y a une solution, qu’à leur niveau ils peuvent changer quelque chose… » 

Et toi tu te dis « Ça a l’air tellement simple, quand elle parle de solution… »

Ça l’est en effet…Mais il faut encore l’accepter…Se dire qu’en effet c’est la solution…

Comme le montre ce dessin d’Alain Auderset, c’est d’abord ton coeur qu’il faut changer et ça le seul qui peut le faire c’est Dieu.

Pourtant tu es quelqu’un de très bien, tu essaies de faire le bien autour de toi, de rendre les gens heureux, tu as une morale, c’est pas toi qui embête les autres ! C’est peut-être vrai et c’est tout à ton honneur !

 Tu ne vois pas ce qu’il y aurait à changer chez toi, n’y pourquoi tu aurais besoin de Dieu !   Mais, n’as tu jamais eu une parole déplacée qui a blessé, que tu as regretté par la suite ? Ne t’es tu jamais montrer égoïste ? Ou jaloux ? N’as-tu jamais menti ? Ne t’es-tu jamais senti coupable d’une mauvaise situation ? N’as-tu jamais ressenti le besoin de te faire pardonner ?

C’est là que tu as besoin de Dieu. Pour changer toutes ces petites choses qui paraissent insignifiantes mais qui peuvent faire tellement de mal ! Et le monde sera déjà meilleur.

Une question surgit encore sur tes lèvres : « Si Dieu s’occupe de nous, s’Il est bon, s’Il nous aime, pourquoi alors Il permet tout cela ? Et les personnes qui croient en Lui, pourquoi Il les laisse, malgré tout souffrir ? »

Nous rendons souvent coupable Dieu de choses, qui en fait sont de la faute de l’être humain. Ce n’est pas Dieu qui a choisi d’habiter dans le désert (Somalie, Soudan). Ce n’est pas Dieu qui a choisi de construire des habitations trop près de la mer (la toute récente tempête en France). Ce n’est pas Dieu qui investit des milliards dans la fabrication d’armes et de munitions de guerre. Ce n’est pas Dieu qui a organisé le monde économique, social et politique (faim dans le monde). Et si une personne croit en Dieu sincèrement et l’appelle à l’aide, Il lui répondra, c’est certain !

Une chose est sûr Dieu s’occupe de nous. Il est aussi « malade » que toi de l’injustice, mais il laisse le libre arbitre à l’homme. Il n’a pas voulu ça, il ne veut que notre bonheur.

C’est donc à toi qu’appartient de changer le monde. En acceptant que malgré tout, tu as manqué le but et que  tu as besoin de Dieu alors ta vie sera transformée. Et à travers ta Vie, tu pourras bouleverser celles des autres et le monde sera meilleur !

« Quelqu’un a dit un jour, qu’il suffit qu’un seul homme souffre moins pour que le monde soit déjà meilleur. Alors c’est vrai que l’on peut pas tout changer dans le monde, mais tous nous pouvons changer quelque chose ! » P.Decourroux

Anne-Gaelle

Ps : Clin d’oeil à Bruno (et ses amis), qui m’a largement inspiré pour écrire cet article !

 

Dessins : Alain Auderset